Accueil
Au commencement
Le prieuré
L'église St-Jacques Le Majeur
Le général Beuret
Le conseil municipal
Les marchés publics
Le personnel communal
Les séances du conseil
Les bulletins municipaux
Ecole et Périscolaire
Infos mairie
Plan du village
Demarche administratives
Evenements et manifestations
Déchetterie
Sapeurs-Pompiers
Leiterwaga
Chorale St-Cécile
Sport pour tous
La Farandole
Photo-Club
A.C.L.
The Rider's Club
Conseil de Fabrique
TMS 3F
Formulaire de contact
Evenement...
Légal
Légal
Légal
Le général Beuret
Le prieuré

© Mairie Michelbach-le-Haut Informations légales Crédits

L'église Saint-Jacques Le Majeur

____________________________________________________________

Le village possède son église paroissiale, desservie par les cisteriens de Saint-Apollinaire et dont dépendent les chapelles de Buschwiller et d'Attenschwiller.


La première église est citée en 1238, lorsque les comtes de Ferrette, collateurs, cèdent leur droit au prieuré Saint-Apollinaire. Le clocher est reconstruit en 1628.


Le vocable de Saint-Jacques le Majeur est attesté depuis 1334.


En 1851 il est décidé de construire en lieu et place, de l'ancienne église presque en ruine, une nouvelle église permettant d'accueillir un plus grand nombre de fidèles. L'architecte Nicolas Tournier-Riesler de Mulhouse est chargé d'exécuter le projet. La construction de l'édifice, de style néogothique à nef à vaisseau unique, aura lieu en 1868 et 1869. Le clocher de plan carré à quatre niveaux, quant à lui, ne sera achevé qu'en 1873.


Statue de Saint-Apollinaire, début du XVIe siècle, bois polychrome


La statue de l'évêque de Ravenne provient du maître-autel de la chapelle du prieuré Saint Apollinaire. Le saint est assis sur un siège « Dagobert » bénissant de la main droite et tenant la crosse, élément récent, de la main gauche. Il est vêtu des habits épiscopaux et est coiffé de la mitre, sur laquelle est sculptée l'Annonciation. La chape présente des plis très lourds, avec les douze apôtres en relief sur la bordure.


Statue de Saint-Sébastien, début du XVIe siècle, bois polychrome


La statue provient du prieuré Saint-Apollinaire, fondé à proximité, vers 1140, et dont l'église subsiste jusqu'en 1847. Le saint est debout, attaché par le pied gauche, et le bras droit


attaché à un arbre aux branches coupées.


Chaire, vers le début du XVIIIe siècle, bois


D'après Paul Stintzi, cette chaire provient du prieuré Saint-Apollinaire. Le bois est décapé de ses peintures lors de son remploi dans l'église de 1869. De cette époque date un nouvel abat-voix, réalisé par Weyk de Colmar, dont ne subsiste qu'un relief représentant une colombe sur Gloire.

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir